Adjectif : analyses et recherches sur les TICE

Revue d'interface entre recherches et pratiques en éducation et formation 

Barre oblique

Anonymat et boitiers de vote au lycée

lundi 12 janvier 2015.


Par Annick Ghislaine OUATTARA

Dans une publication consultable en ligne dans la revue STICEF, Vincent FAILLET, Pascal MARQUET, Jean-Luc RINAUDO interrogent les effets de l’anonymat, tant sur la motivation des élèves que sur leur rapport au savoir dans un contexte d’utilisation de boitiers de vote (BDV).

L’intitulé de cet article « L’élève invisible : recherche sur l’utilisation des boitiers de vote au lycée » pose le cadre dans lequel ils ont mené leurs enquêtes. Conduites en deux phases durant une année scolaire, elles ont concerné 94 lycéens issus de quatre classes de deux établissements parisiens ; et ont, de fait, nécessité le concours de quatre enseignants. Dans la première phase de la recherche qui a duré six mois, l’utilisation des BDV était facultative et anonyme tandis que, dans la deuxième, d’une durée de deux mois, elle perdait le caractère anonyme.

Il en résulte que contrairement à la représentation d’élèves mus par un esprit compétitif, "l’idée de se soustraire au regard d’autrui est très présente pour [eux, ils] préfèrent répondre de façon non-nominative". Ainsi l’anonymat motive-t-il beaucoup les lycéens ordinaires, qu’ils soient bons ou non, car il a un rôle libérateur. La soustraction aux critiques et railleries des condisciples est un facteur majeur expliquant la préférence de situations incognito. En revanche, la répercussion de l’anonymat sur le rapport au savoir est plutôt invalidée dans la mesure où l’implication des enquêtés découle beaucoup plus de l’aspect ludique des BDV. De plus, si les élèves n’associent pas l’utilisation des BDV à un acte de participation aux cours, le fait d’en avoir un les conditionne quelque peu à s’en servir.


 

Accueil | Abonnement | Contact | | Statistiques du site | Mentions légales | Accessibilité

ISSN : 2610-1920 - Site réalisé avec SPIP 4.2.2